skip to Main Content

Originaire de la banlieue ouest de Paris, Swar a instinctivement saisi une bombe de peinture à la fin des années 90 et ne l’a jamais lâchée.

Vers 2000, il commence à peindre dans toute espèce de lieux abandonnés, avec le groupe qu’il a co-crée en 2003. Il devient immédiatement accro à ces ambiances magiques hors du temps dans lesquelles  vie sauvage, et ruine humaine se mêlent, et recherche activement (et depuis une quinzaine d’années) les lieux oubliés à la fois les plus intacts de l’activité passée, et les plus décrépis possible par la nature et le temps, pour s’y baigner, les immortaliser en photos et y intégrer ses peintures souvent graphiques et piquantes. Il tente souvent de nouveaux styles de lettres, concepts, ou de nouvelles couleurs, il leur fait parfois prendre la forme d’animaux qui s’insèrent dans les ambiances oubliées.

En 2010 il crée une association et anime par la suite avec son groupe de nombreux ateliers graffitis, des festivals pour les mairies ou autres évènements.

Parallèlement, en 2014, il a commencé à rassembler les fruits de ses prospections en immortalisant ces lieux et ses peintures d’une nouvelle manière : par la construction de maquettes de façades abandonnées de bâtiments. Celles-ci sont inspirées de ses visites, et mélangent de nombreuses matières et techniques, ses propres photos de ses peintures, par exemple.

En 2016, à La Réserve Malakoff, (exposition dans un hangar voué à la démolition), il crée une installation, « la Maison Oubliée » sur 25m2, à l’image de ses maquettes (qu’il a également pu y exposer), mais à taille réelle.

Il participe dans cette même lignée au Lab14, à Paris, où il y a créé « le Swarbre », arbre qui envahit les constructions humaines, dans l’installation de son compère Snez, et y a également exposé quelques maquettes.

Contactez-moi

Back To Top